Différences coulissants rail et coulissant autoportant

Dorénavant nous allons voir ce qui constitue la différence entre un coulissant roulant au sol et un coulissant autoportant ?

Le système de guidage

Un premier élément clé est le système utilisé pour guider le portail.

Un portail coulissant sur rail repose sur des roues ou galets qui roulent sur un rail fixé au sol. Cependant, ce système rend le portail plus sensible au vent qui peut le faire dérailler. Il est aussi nécessaire de s’assurer régulièrement qu’aucun élément au sol (cailloux, amas de feuille…) n’empêche ou freine sa fermeture. En définitive, cela engendre de ce fait un suivi et entretien régulier.

Le portail est peu sollicité lors des manœuvres, rendant par conséquent sa déformation impossible.

Un portail coulissant autoportant repose sur un système de galets fixés au sol. D’abord, le vantail possède un cadre inférieur creux dans lequel les galets viennent rouler et permet ainsi le déplacement du portail. Ce système qui porte le portail au dessus du sol n’est pas gêné par la présence d’éléments au sol tandis qu’il est également plus résistant au vent.

A savoir qu’il est plus exigeant mécaniquement, donc il doit posséder une rigidité supérieure au portail coulissant classique.

La force qui s’exerce sur le tablier est ici compensée par la réaction au niveau des roues. D’ailleurs, cette compensation des forces permet le soutien du portail sur toute sa longueur.

La force qui s’exerce sur le tablier est ici reprise par le système de galet. Donc la partie qui dépasse du pilier à un rôle de contrepoids : elle soutient le poids du portail pour ne pas qu’il fléchisse.

La maçonnerie

Un portail coulissant sur rail nécessite une longrine béton assez conséquente. A noté que sa longueur représente un peu moins du double de la largeur de passage que vous envisagez. A contrario, un portail autoportant ne nécessite que deux plots bétons sur lesquels seront fixés les piliers et le système de galet.

Vous pourrez voir sur cette vidéo de la société Portaleco, les différences de maçonnerie entre les deux possibilités.

L’effet de seuil

Directement lié à la présence ou l’absence d’une longrine béton, l’effet de seuil se fait ressentir surtout en cas de pente.

En cas de pente, la longrine béton crée un seuil qui peut endommager le bas de caisse de votre véhicule.

En cas de pente, le portail autoportant permet de s’affranchir du seuil imposé par la longrine béton. Donc le fait de n’avoir que deux plots en béton garantit une pente régulière sur l’ensemble de la largeur de passage.


Portail coulissant : bon choix ?

Sans vouloir trop vous influencer : c’est un excellent choix, et surement même le meilleur. Désormais, les nouvelles possibilités offertes par les portails de dernière génération sont exemplaires : beaux, fiables, motorisés en usine et économiques. Donc vous ferez en plus des économies sur le génie civil. A l’époque actuelle, je préfère investir dans le portail que dans le béton !

Exemples classiques de portails autoportants

A ce sujet, voici des illustrations qui présentent ce que vous pouvez trouver habituellement pour un portail autoportant.

Rien de bien excitant… Néanmoins, ces portails coulissants ne sont pas très esthétiques et cela est lié à :

  • la motorisation apparente,
  • le contrepoids qui ne s’intègre pas visuellement.

Exemples modernes de portails autoportants

Voici de nos jours ce que peut donner un portail autoportant, tel qu’il est proposé par PORTALECO. Le niveau de raffinement est sans comparaison.

PORTALECO modele decoline portail autoportant

Lorsque je travaillais dans l’automobile, on parlait de temps à autre du véhicule électrique. Les inventeurs qui travaillaient sur le développement des voitures électriques se plaignaient que pour des raisons d’économies, on leur faisait installer des batteries de moteurs électriques ultra modernes dans des coffres de voitures à moteur thermique, en ayant juste déposé le moteur. De ce fait il n’y avait pas besoin de redévelopper tout un châssis ! Donc impossible d’optimiser à fond réellement la conception du véhicule : récupération de l’énergie de freinage, le poids… etc. Eux, ils rêvaient d’une voiture électrique, conçue et construite dès la première pièce pour être une voiture électrique : Plus légère, en matériaux plus moderne, sans réservoir, optimisant son énergie… etc.

Je vous raconte cela car je trouve des similitudes avec le problème de conception des portails autoportants. On part d’une conception de base de portail coulissant, avec sa maçonnerie et son moteur, que l’on adapte pour donner un système autoportant.

Au contraire si vous envisagez un portail autoportant, partez de zéro ! Et voici ci dessus le résultat que cela peut donner : plus de maçonnerie des colonnes intégrées : un produit complètement différent ! Un portail plus beau, automatique, en aluminium et économique !

C’est avec un regard neuf qu’on change le monde.


Reconnaître la qualité d’un portail coulissant autoportant

Dans cette partie, je vais vous aider à analyser la qualité d’un portail coulissant autoportant. Le plus important est de s’assurer de la bonne qualité des pièces maîtresses, très fortement sollicités sur ce type de portail.

Je vais donc vous lister quatre pièces maîtresses sur lesquelles je vous conseil de vous attarder un peu.

  • Accessoires d’arrêt pour soulager la mécanique générale,
  • Système de galet soulage le mécanisme en cas de fortes précipitations,
  • Dispositif de guidage permet la bonne trajectoire du portail,
  • Serrure pour plus de sécurité.

Si vous souhaitez plus de détail sur cette partie du guide, je vous invite à consulter le lien suivant : en savoir plus