Création de la maçonnerie : prise des dimensions

Cette étape est très importante dans la mesure où vous allez réaliser le support qui recevra ensuite le portail coulissant motorisé ou non. Si vous oubliez une étape, cela pourrait mettre en péril votre projet. Tandis que si vous réalisez mal le support, ça pourrait entraîner un mauvais fonctionnement et une durée de vie bien inférieure à la normale pour ce type de réalisation. Donc soyez bien attentifs et n’hésitez pas à nous faire part de vos problèmes rencontrés.

Même si vous souhaitez laisser le soin de la construction de la maçonnerie à une entreprise, ce paragraphe vous explique ce qu’elle va faire de son côté, et vous pourrez donc anticiper les questions qui vont se poser et retenir les meilleures options en connaissance de cause.

Le choix des dimensions

Pour votre portail coulissant la première étape consiste à choisir les dimensions

Vous pouvez avoir un encombrement limité. Mais déjà sans contraintes particulière, le choix des dimensions implique déjà une compréhension technique. La longueur de la longrine est d’abord déterminée par la longueur du passage que vous souhaitez avoir pour votre portail coulissant.

On retrouve en général une dimension courante est 3,50 m. Mais vous pouvez choisir plus court ou plus long. Cette dimension est liée au gabarit des véhicules passant par votre entrée.

Comme dans le cas de ce Renault Scénic, avec un portail de 3,50 m vous aurez un peu plus de 68 cm de chaque côté.

Attention, le portail doit être dimensionné en prenant en compte le gabarit du plus grand véhicule qui peut avoir à passer par votre entrée. Par exemple, si vous comptez effectuer des livraisons de fioul domestique par camion, il faut prévoir la largeur de passage en fonction. Pour rappel, le gabarit d’un camion est de 2,55 m. (https://fr.wikipedia.org/wiki/Poids_lourd)

De plus, si l’implantation de l’entrée vous impose de passer en tournant au passage du portail, il devient alors prudent de prévoir un peu plus.

Que vous devez aborder en tournant ou de face, cela changera la donne. Il semble que 3 m soit suffisant lorsque l’on se situe bien en face. Mais 3,50 m sera nettement plus confortable au quotidien. Cependant, 4 m est un minimum dès que l’on doit tourner un peu pour entrer.

Pour votre réalisation, vous pouvez adapter ce schéma sur des détails d’implantation, pour par exemple modifier le sens de refoulement, ou ajuster le débord des poteaux…

Pour commencer, nous allons surtout retenir la longueur de la longrine, la largeur, la profondeur et la section des poteaux.

Donc si vous souhaitez une entrée de 3,50 m, vous aurez un portail d’au moins 3,50 m. Le tablier du portail est généralement un peu plus long pour permettre le positionnement du moteur. Soit environ 30 cm de plus. Alors la course de manœuvre sera elle de 3,50 m précisément.

Ce schéma permet de comprendre comment on peut déduire la longueur de la longrine en partant du passage et des dimensions des piliers.

La longrine fera :

Largeur du pilier ici à gauche soit 40 cm + largeur du passage soit 350 cm

Il faut ajouter : La largeur totale du tablier soit 350 m + 30 cm

Soit pour un passage de 350 cm on obtient une longrine de 770 cm de long.

portail coulissant ouvert

Et pour la profondeur ?

Il nous reste à parler de la profondeur de la longrine. Parce que celle-ci dépend de la profondeur hors gel. Avec ce dernier, le sol a tendance à travailler en surface. A 50 cm – 60 cm de profondeur, en France, on atteint la profondeur hors gel en plaine. donc à cette profondeur le sol ne gèle pas en hiver.

La glace occupe un volume plus important que la même masse d’eau à l’état liquide. De ce fait, quand l’eau contenue dans le sol gèle, cela provoque un gonflement du sol. Ce gonflement est incontrôlable et n’est pas homogène.

Le sol possède une force considérable capable de déstabiliser un ouvrage en béton construit en surface. C’est pour cette raison que les fondations superficielles sont construites à cette profondeur hors gel pour garantir une stabilité de l’ouvrage en cas de gel .

De plus, la profondeur hors gel dépend de la région dans laquelle vous allez construire le portail :

  • En plaine ou en altitude,
  • En bord de mer ou dans les terres.

Heureusement pour nous, il existe des cartes indiquant les profondeurs hors gel par région :

hors gel fondations France

Textes de références DTU 13.12 : règles pour le calcul des fondations superficielles (fev 09). www.cstb.frwww.cstb.fr et www.afnor.orgwww.cstb.fr

Donc le niveau de fondation doit être descendu à une profondeur suffisante pour mettre le sol d’assise à l’abri des conséquences du gel, sauf dispositions spéciales prises à cet effet. Cette profondeur est fonction de la nature du sol et du climat. Attention toutefois car même si le sol ne gèle pas profondément, la teneur en eau du sol sous-jacent peut être fortement modifiée par le gel.

Parce que la portance du sol s’améliore en général avec la profondeur, il est indiqué de descendre au moins à 0,50 m en pays tempéré, et d’aller parfois au-delà de 1 m en montagne, compte tenu de l’altitude et de la nature du sol.

Spécialement dans le cas d’un seuil béton de 8 m de long qui va accueillir le portail, il s’agit là d’un point de vigilance non négligeable.

CD-DTU V2 – Edition 150 – Décembre 2007 Document : Règles DTU 13.12 (DTU P11-711) (mars 1988) : Règles pour le calcul des fondations superficielles + Erratum (novembre 1988)

Finalement, une fois arrivé à ce stade vous devrez être en mesure de préciser votre largeur de portail, du passage et en déduire votre longueur de maçonnerie, ainsi que la profondeur.

La hauteur des piliers

Une fois encore, vous avez un choix à réaliser pour la hauteur des piliers. Le critère qui entre en ligne de compte est de savoir si vous acceptez que l’on voit chez vous ou non depuis la rue. Vous pouvez retenir un portail occultant, plutôt haut donc. Tandis que vous pouvez aussi choisir un portail non occultant, plus bas à 1,40 m par exemple.

C’est fréquent. Le remplissage retenu peut-être ajouré ou plein, voire persienné ou perforé. Ceci est une barrière visuelle partielle.

En conclusion, la hauteur des piliers découle de la hauteur souhaitée du portail. Pour des enjeux d’esthétisme, on recommande environ 10 cms d’écart entre la hauteur des piliers et celle du portail.

Tandis que si vous optez pour un portail occultant il faudra compter une hauteur d’environ 1,80 m.

Pour un portail non-occultant, une hauteur de l’ordre d’1,30 m ou 1,50 m est suffisante.

Avec une hauteur intermédiaire vous obtiendrez un résultat intermédiaire permettant de créer une séparation visuelle mais laissant un peu de vue.

Pour information, 1,50 m est une hauteur de portail coulissant fréquente.

Donc en ajoutant la hauteur des piliers et du portail on peut d’ores et déjà faire une première estimation que nous affinerons ensemble par la suite :

hauteur des piliers et du portail