Sécurité

Pour un portail ayant un poids relativement important, il est nécessaire de le choisir pour qu’il soit capable de s’arrêter très rapidement face à un obstacle imprévu (chien, enfant, brouette…). Certains mécanismes sont très puissants mais ne permettent pas de détecter l’obstacle et de s’arrêter rapidement, risquant de créer de graves dommages matériels ou humains.

La sécurité d’un portail tient donc en quelques critères d’importances :

  • Les efforts que développent la motorisation : Ces efforts sont d’autant plus importants que le portail est lourd ou que son fonctionnement n’est pas équilibré : par exemple un portail coulissant en pente tend à dévaler la pente. Un portail battant avec un releveur de pente tend à se refermer tout seul. Par conséquent le portail n’est pas en position d’équilibre. Donc la motorisation devra développer d’autant plus de force pour compenser le poids.
  • Les cellules de détection : un barrage cellule, le plus souvent réalisé par des cellules photoélectriques. Celui-ci coupe ou inverse la manœuvre dès qu’un passage est détecté. Il est situé dans le passage du portail et un autre peut être déporté de 1 ou 2 m pour compléter la détection.
  • Le palpeur de sécurité : il n’est pas obligatoire. Sa fonction est toujours d’amortir le choc. Le caoutchouc peut être monté simplement : on dit alors que c’est une sécurité passive.

Démarches administratives :

De plus, il est possible de lui rajouter une cellule photoélectrique à l’intérieur du profil creux en caoutchouc. Lorsque le profil est écrasé, le faisceau est coupé et un choc est donc détecté. On dit alors que c’est un palpeur actif.

  • La carte de contrôle peut mesurer les efforts développés par le moteur. En cas de choc, l’arrêt du portail est détecté, par une mesure de vitesse du moteur ou de courant consommé par le moteur. La carte réagit alors en fonction de son programme pour limiter le choc en intensité et en durée.
  • Le feu de signalisation alerte lorsque le portail est en fonctionnement (gyrophare, lumière clignotante…) de manière à minimiser les risques d’accident.

Les portails doivent respecter la norme de sécurité NF EN 13 241-1.

Celle-ci comporte une exigence de sécurité fonctionnelle à laquelle les constructeurs peuvent répondre de diverses manières, du moment qu’ils obtiennent un certificat de conformité de la part d’un organisme de référence tel que le CSTB ou le CETIM. Ces derniers délivrent une attestation de conformité à condition que le fabriquant respecte scrupuleusement cette norme.

Dans tous les cas, il faut respecter la courbe d’effort ci-dessous :